good to me ft jisu 190706073706586143
01. le forum fête ses 1 an bon anniversaire Sunbeams !
02. Nouvel event en cours n'hésitez pas à participer !
03. la 15ème version du forum est enfin là alors allez vite la commenter!
04.Découvrez le nouveau groupe des Akma
05. votez sur les top-sites et donnez nous du love ! ♡
06. attention à votre activité ; vous devez tenir vos journaux rp à jour !
07. pensez à mentionner dans vos réponses pour envoyer des notifications.
08. n'oubliez pas de remplir les champs de votre profil !
9. allez jeter un coup d'oeil à la nouvelle boutique et profitez !

 :: (( flood and games )) :: les archives :: rp/event Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
good to me ft jisu
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Anonymous
Invité
Invité



Ven 1 Fév - 23:38

(outfits) Un réveil difficile... Cette matinée d’entraînement se révélait pénible au plus possible. Après avoir réalisé une série d’étirements énergiques auprès de son équipe, Luka s’était vite joint aux autres remplaçants pour s’adonner à un petit footing matinal. Comme à leur habitude, les titulaires s’exerceraient à une séance de tir au but pendant que le second groupe s’échaufferaient durant leurs multiples tours de stade… La routine habituelle, avant un briefing commun et de plus amples confrontations sur le terrain. Mais ce matin-là, Luka avait bien du mal à se donner à cent pour cent… Physiquement présent, mais psychologiquement ailleurs. Lui qui était d’ordinaire si expressif et si ouvert aux conversations, ne commenta que le strict minimum sur sa soirée de la veille… Tous avaient bien évidemment été mis au courant pour son enterrement de vie de jeune garçon, et plus précisément sur le lieu où il y avait terminé la soirée… Le fait qu’il se soit rendu dans ce genre de club en avait intéressé plus d’un. Et bien entendu, quelques photos prises à son insu - en compagnie de Jisu - avaient su se faire une place dans les dossiers très privés de ses plus proches coéquipiers… Rien de bien étonnant, connaissant ses amis. Luka l’aurait peut-être lui-même fait s’il n’avait pas été au centre de cette histoire… Du moment que ça restait entre eux et qu’il évitait un quelconque scandale à la con, il consentait également à en rire, de bon cœur. Après tout, ne l’enviait-on pas pour ce qu’il s’était passé ? Bien sûr, il ne raconta rien à ces derniers, préférant les laisser dans le flou pour ne pas leur donner satisfaction. Avec sa petite mine du jour, il n’était pourtant pas bien difficile de deviner qu’il avait peu dormi... Non pas parce qu’il avait passé une horrible nuit, mais plutôt celle-ci s’était révélée relativement courte.

ャャャ

Quelques heures auparavant, il s’était réveillé cinq minutes avant que son téléphone ne vibre, dans un état semi-conscient, et difficilement en position pour s’extirper facilement du lit… Avec une jeune femme pour s’accrocher à lui, la tâche n’en fut que plus éprouvante, tant par la crainte de la réveiller que par la possibilité d’un « affrontement » sur l’oreiller. Il avait voulu soigner son départ, sans faire de bruit… Partir comme un voleur ? Oui et non. Il était vrai qu’au moment de se coucher, les deux ne s’étaient pas épanchés sur une possible suite – cette dernière ne lui ayant pas répondu lors de sa première tentative – et n’ayant lui-même pas trouvé les mots… Il ne l’avait cependant pas repoussée lorsqu’elle s’était collée à lui dans une quête de chaleur et de réconfort. Si vraiment la belle s’était montrée trop oppressante, il ne se serait pas gêné pour la repousser au cours de la nuit, et ce, à plusieurs reprises. Car oui, Luka était bien incapable de rester immobile lorsqu’il dormait. Il lui fallait souvent plusieurs positions avant de sombrer dans un profond sommeil… Il lui avait même semblé au cours de la nuit, s’être accroché à la jeune femme pour l’entourer de ses bras, dos collé à elle… En tout bien, tout honneur, il était parvenu à quitter l’hôtel le premier. Mais juste avant, le footballeur lui avait laissé un post-it sur la table de chevet. Celui-ci comportait son numéro de téléphone ainsi qu’un message pour ne pas qu’elle se méprise sur son départ matinal.

J’ai du partir à l’entraînement. Désolé si le réveil a été un peu brusque… Je tenais à te remercier pour cette nuit. Ça été un super bon moment… Si le pari tiens toujours, je te laisse mon numéro, pour qu’on puisse organiser ce coaching... Enfin, si tu veux toujours. Luka.


ャャャ

« LUKA ! LE BA… » … too late. Un ballon, venait littéralement d’atterrir à l’arrière de sa tête ! N’ayant absolument rien vu venir, le coréen canalisait tant bien que mal ce retour à la réalité, peu fier de lui... N’ayant plus que ses lèvres pour geindre et sa main droite pour frictionner la zone endolorie, le jeune homme se sentit bien con, très vite encerclé par la plupart de ses coéquipiers. Entre ceux qui riaient nerveusement et ceux qui faisaient preuve d’une certaine compassion, il aurait préféré être partout sauf au centre d’une attention aussi ridicule ! Au lieu de pleurer son désarroi, il se mit aussi à en rire très stupidement. Encore une anecdote qui allait le suivre pendant un moment… « Putain. Quel est le con qui a explosé mes cervicales ? » pesta t-il d’un ton cynique et à la fois léger. Il souriait surtout pour garder contenance. Si tout l’entraînement durait ainsi, il ne donnait pas cher de son état à la fin de la journée ! « Mon Lulu, si t’avais dormi au lieu de faire des folies avec ton corps, on en serait pas là. » Bien sûr, un autre trouva amusant de remettre sa présumée nuit de folie sur le tapis, lui arrachant un énième rire de surcroît. Il était toujours bien décidé à nier, quoi que l’on dise à ce sujet. « Vous êtes lourds, les gars… Coach, je peux m’asseoir cinq minutes ? » demanda t-il sans réelle aversion à leurs égards.

Il eut très vite l’approbation de leur entraîneur pour se poser sur le banc de touche, là où il avait précédemment laissé ses affaires. Une bouteille d’eau lui fit généreusement tendue par le second de l’entraîneur, tandis que de son autre main de libre, il réceptionna sa sacoche laissé dans un coin de leur bordel – la plupart de leurs affaires étant éparpillés à même le sol – il en extirpa son précieux téléphone, bien incapable de décrocher très longtemps, s’attendant - espérant – après un message de la principale investigatrice de ses pensées… Une lueur de soulagement, mais aussi d’excitation, s’empara de ses traits à l’apparition d’un numéro inconnu dont il pouvait deviner le destinataire. De là, un sourire ne daigna plus se décrocher de ses lippes, ramenant quelques regards amusés dans sa direction. Il était bien loin de s’imaginer qu’il ressemblait à un bel imbécile heureux...


Revenir en haut Aller en bas
Shin Jisu
good to me ft jisu Tumblr_inline_p8ld78D8Xl1sy58dp_540
À Jeju depuis le : 13/01/2019
Wons : 1359
Messages : 523
About me :

good to me ft jisu Tumblr10
good to me ft jisu Ng5hl910
♥️ PHONE♥️ ♥️INSTAGRAM♥️
good to me ft jisu 7U4QXNk
good to me ft jisu Ng5hl910
♥️ My work, my life ♥️
good to me ft jisu CVCXBtp
good to me ft jisu Ng5hl910
♥️ My male friends ♥️
♥️ Siwon aka One ♥️
good to me ft jisu Tumblr_olmo6g6iUB1ub8hyjo2_500
Jongsoo Aka Soo
good to me ft jisu -Your-smile-is-BABY-s-drug-yongguk-40504187-268-268

Pouvoir : -
Malédiction : -
Âge : 24 ans
Métier /études : Tatoueuse/strip teaseuse
Les amours : Un homme que j'ai jamais cru tomber amoureuse
Logement : Seogwipo avec son "ami".
Célébrité : Suzy Bae ( by myself )
Situation rp : ouvert.
Doublons : Woo Hope | Ye Sun | Seong Su
Shin Jisu
Keep calm and work hard« simin »
Keep calm and work hard
« simin »



Sam 2 Fév - 6:25

(outfits) ~ Une porte qui se fracasse. C’est ce qui m’a sorti de mon long sommeil réparateur malgré moi. J’ai sursauté à ce bruit me disant que peut-être un voisin de chambre a eu une mauvaise nuit contrairement à moi et qu’il n’était pas du tout de bonne humeur. Dans mon cas, je me réveille doucement tant bien que mal encore envelopper par la fatigue de cette nuit. Quelle heure est-il? Je glisse ma main vers le côté où que le prince a dormi pour découvrir que c’est vide et un tiède qui tire vers le froid. Mais? Il est parti comme ça sans me rien dire, sans même me réveiller? Je n’ai pas entendu son réveil, je n’ai rien entendu… Habituellement, je ne suis pas une grande dormeuse et pour la seule et unique fois, voilà me laisser en plan après une nuit écourtée. C’est le pire scénario que j’ai pu imaginer. Je ne voulais pas penser à cet instant et ainsi je me retrouve seule. Je soupire en me maudissant de ne pas avoir été trop prudente et d’être sage au lieu de faire ma folle. Penser qu’à la chair et à mes hormones qui étaient en feu rien qu’en le regardant. Un aimant qui attire l’autre, c’est ce que j’ai pensé. Malheureusement, une pensée qui s’est fait balayer du revers de la main à un seul instant. Je dois m’y résoudre, c’est un coup d’un…Quoi? Je reconnais ce post-it. Je m’assois sur le lit en me couvrant de la couverture tout en lisant ce bout de papier qui m’attendait avec impatience. Je… je suis sans voix. Il y a deux secondes, je me traitais d’idiote pour ne pas avoir été plus réfléchie ou bien de lui avoir dit que j’étais disponible. Il a fait les premiers pas, des petits pas, mais tout de même. Sauf que la question qui me hante dans la tête; est-ce qu’on allait être de simples amis ou bien plus? Amusée par cette pensée, le temps nous le dira. Dans le temps comme dans le temps, dit-on. Puis, on a toujours un pari à régler.

Je me suis habillée rapidement pour sortir de la chambre sans jeter le moindre regard aux personnels un peu confuse de ce qui s’est passé la nuit dernière. Je n’ose pas tellement, même si j’assume entièrement. Je suis un peu gênée d’avoir fait une folie et surtout avec un bel inconnu qui veut toujours me revoir. Ça devient bizarre notre relation. À l’ascenseur, il a quelque chose qui a attiré mon attention. J’ai éclaté de rire en voyant le post-it encore collé sur la caméra surveillance. Les deux ou trois personnes présentes se posent des questions ne sachant pas pourquoi je me suis esclaffée. J’ai pris le transport en commun pour aller chez moi et pendant le trajet, j’entre le numéro de Luka dans mon portable. Je me mords les lèvres durant la route ne sachant pas quoi lui écrire. « Salut Luka, c’est Jisu…» Non, j’efface aussitôt, c’est trop commun comme si on était ami alors qu’on ne l’est pas en réalité non? À moins que je me trompe. «Coucou Luka, c’est Jisu…» Oui, c’est un bon début, mais quoi écrire par la suite? Je soupire désespérément lors de ma rédaction. Depuis quand c’est si compliqué d’écrire un texto à un bel étranger? Justement, je n’ai pas pu continuer ma phrase que je suis rendue chez moi. Ce petit appartement dans un quartier délabré de Jeju ne m’a pas du tout manqué au contraire le confort de l’hôtel commence sérieusement à me manquer. Ai-je apprécié le luxe que le footballeur m’a offert? Disons que c’est apprécié de sa part, mais on ne s’habitue jamais un pareil luxe même si tu n’as connu que ton confort de ton misérable appartement. En rentrant, j’ai pris une longue douche. J’ai pris un bain, oui, mais j’adore prendre une douche le matin, car ça commence bien une journée déjà entamée. Après la douche, je me suis assise sur mon lit enroulée dans la serviette, il faut que je continue le fameux texto sinon rien n’arrivera. Sois Zen. Relaxe, respire, il faut que je sois moi-même.

Citation :
« Coucou Monsieur le professionnel, c’est Jisu. Pas trop fatigué de notre belle nuit? good to me ft jisu 225572096  Et ton entrainement tout va bien? Moi, tout va bien malgré qu’un de nos voisins de chambre a été mécontent de sa nuit et il me l’a fait savoir en fracassant la porte. Le saut que j’ai eu, encore plus quand je t’ai pas vu! J’ai bien ri à l’ascenseur, le post-it y est encore!
good to me ft jisu 225572096 Évidemment que le pari tient toujours, j’attends avec impatience les enseignements de mon maître pour le surpasser et gagner. Je suis disponible à fin de cette après-midi et en soirée. Donc, c’est quand monsieur est disponible.  keur

Jisu, l’élève qui surpassera le maître.  keur

Certainement que j’ai ri en l’écrivant. Puis l’angoisse qui survient lorsqu’on envoie le message. J’ai vérifié deux fois si c’était bien le bon numéro, j’ai relu mon message si ce n’était pas trop bizarre. J'aurais pu au moins effacé les coeurs... Merde! De toute façon, tant pis, il est envoyé non? Il ne manque plus que d’attendre sa réponse. Après dix minutes a grelotté, seulement enroulée dans la serviette, je me décide de m’habiller simplement comme si j’allais faire du sport juste au cas où. Puis tant qu’à l’attendre, je pourrais l’attendre en étant au centre-ville, faire un peu de lèche vitrine et manger un truc. L’estomac vide n’est pas bon pour la santé et surtout pas quand c’est le premier. Le premier, le plus important. Pourquoi pas? Ainsi, on me retrouve dans un restaurant à manger comme si je n’ai jamais mangé de ma vie. J’ai pris un gros repas, je crois que je mange pour deux actuellement, mais c’est tellement bon! Comment me reprocher de ne pas apprécier le repas qu’on m’offre? Comment? C’est si délicieux qu’à chaque bouché j’ai quasiment l’eau à la bouche. Et le café… Le café est si exquis. Bon, je ne peux pas profiter pleinement cet instant puisque je jette régulièrement un œil sur mon portable à chaque vibration qu’il peut faire. Je dois prendre mon mal en patience après tout, il est en entrainement, non? J’y pense, sa pratique pourrait être où? Je sais qu’il a un match à la ville la plus huppé de l’île. Si jamais je vais là-bas, je vais me sentir si démunie. Comment me sentir aussi pauvre avec des voitures hautes gammes qui se roulent sous ton nez? Un luxe, un luxe que je n’aurais jamais et que je ne voudrais jamais.

Oui, plusieurs amies danseuses veulent avoir de mes nouvelles et de ma fameuse nuit. Avoir des bottins aussi croustillants ça pimente bien une journée. Aussi le fait si je peux toujours les dépanner. Je n’ai jamais eu autant de satisfaction d’ignorer leurs messages. Les ignorer et me dire : que ce n’est pas de leur affaire? Et peut-être que j’ai un rendez-vous plus tard, on ne le sait pas? Un rencard, bon, c’est plus un défi que j’ai lancé au footballeur pour attirer sa soif de curiosité. Ainsi être mystérieuse le fait autant languir? Tant qu’il ne me découvre pas entièrement. Je vous le dis, il ne veut pas savoir qui est mon patron et mon horrible passé que je tente de cacher par-dessus tout.  Personne – que j’ai récemment rencontré – ne sait réellement ce qui s’est passé dans ma vie. Je suis seulement une tatoueuse qui a besoin d’argent alors elle danse. Elle danse contre sa volonté, elle danse parce que c’est payant, mais elle ne danse pas pour son plaisir personnel. Avoir le choix, je choisirai une autre vie, j’abandonnerai la danse pour consacrer ma vie à mon art, mais je n’ai pas d’autre possibilité et j’assume entièrement. Tant que la danse reste de la danse et ne va pas plus loin. En sortant, j’ai décidé de faire du shopping. Marchant sur le trottoir tranquillement en pensant à tout et à rien à la fois, mon portable s’est mis à vibrer. Par réflexe, j’ai regardé et j’ai subitement figé. Surprise par la réponse que j’ai pu recevoir du prince. Le sourire béat que je dois afficher actuellement est sûrement à mourir de rire.


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



Dim 3 Fév - 23:09

(outfits)

Oh vraiment ? Savage le gars. J’espère qu’il t’a pas fait trop peur… Ah. Le post-it ! J’ai pas pensé non plus à le retirer ;; Le personnel qui s’occupe de l’entretien devrait vite comprendre…  good to me ft jisu 225572096 Mon entraînement ? Pour rien te cacher, j’ai un peu de mal à me concentrer aujourd’hui. On se demande pourquoi… Je ne bougerai pas de Seogwipo avant ce soir… Ça te vas, 17 heures, au stade ? Je te déposerai chez toi pour le retour^^
Mignon ces petits cœurs au passage ;)


Luka avait réellement passé ses cinq dernières minutes sur son message, une expression tant rêveuse et mignonne sur son faciès… Le numéro de Jisu figurait désormais au sein de son répertoire. Juste « Jisu » parce qu’il ne se souvenait pas de son nom de famille. Le lui avait-elle divulgué en même temps ? Il ne souvenait plus… Mais cela n’avait pas grande importance. Il ne l’aurait peut-être pas retenu, non plus… Un coup de sifflet l’arracha alors de sa pause improvisée, vite redirigé en direction du terrain où leur entraîneur les sollicita pour le fameux briefing d’avant match. Il y aurait effectivement une partie d’organisée en début d’après-midi. Un match amical contre un autre club local de l’île. Aucun enjeu notoire en soi, d’autant plus que sa participation se révélait facultative… Pour une fois, ceci dit, le coréen ne s’en plaignait guère, car n’ayant pas toute sa tête ni énormément d’énergie à revendre ce jour-ci… Avec un peu de chance, le déjeuner prévu avec l’équipe rechargera en grande partie ses batteries. Le fait même d’être rendu au poste de remplaçant ne le délogeait pas d’une pression professionnelle, toujours soucieux de l’image qu’il projetait au grand public… Et si Jisu se tenait par hasard dans les tribunes, n’aurait-il pas de raisons supplémentaires pour se donner à fond, même s’il ne s’agissait que des dernières minutes ? Luka avait beau l’avoir convié en fin de journée, rien ne lui disait qu’elle se conformerait à cet horaire précis… Le stade restait un lieu public et ne fermait que pendant l’heure de midi et après minuit… La convier sur son « lieu de travail » était-il une si bonne idée ? Qui sait… Il l’avait bien vu à l’œuvre durant son service. N’était-ce pas un juste retour d’ascenseur à bien y repenser ?

Si ça t’intéresse, il y a un match de prévu à 13h30… Mais sinon on se tient à l’heure prévue. Normalement, il n’y aura plus personne après 17h.


Un dernier sms envoyé avant l’heure du déjeuner, et le jeune homme suivit le mouvement sans trop se laisser distraire au cours du repas. Il échangea bien plus avec ses coéquipiers qui ne cessèrent à aucun moment de le chambrer. Ce n’était pas par honte ou par gêne s’il préférait voir Jisu seul à seul… Plutôt, pour ne pas avoir à en supporter davantage. Cela reviendrait à tendre le bâton pour se faire battre, alors qu’il n’y avait rien de sérieux entre eux, de ce qu’il sache ? Quand bien même, ce qu’il faisait avec cette fille ne regardait personne à part lui, alors moins il en disait et mieux c’était…

ャャャ

Il était déjà seize heures, désormais. Le match s’était déroulé plus longtemps que prévu… Avec des prolongations pour faire durer le suspense jusqu’au bout, le match se termina sur des tirs au but en faveur de la Jeju United FC ! Luka avait même été à l’origine de l’un des buts décisifs, ayant mené la victoire à son équipe dans la plus belle des cohues générales ! Sur cette victoire, une séance de dédicace fut fièrement amenée auprès d’un groupe de supporters, et quelques photos furent également prises avec le restant de la team, très vite rendu du côté des vestiaires pour de rapides félicitations – mais également des mises en gardes - de la part de leur entraîneur. La saison débutait positivement mais rien n’était joué d’avance. Après tout, ils l’avaient remporté de peu… Cette victoire tenait davantage de la chance qu’à de réelles aptitudes sur le terrain. Quoi que l’on dise, ils avaient tout de même été traîné jusqu’à leurs derniers retranchements...

Pour autant, l’équipe s’activa dans les vestiaires pour une douche collective à laquelle Luka se fit un peu plus récalcitrant. En retournant auprès de son casier pour y récupérer une serviette et son gel douche aux agrumes, il fut bien incapable de ne pas répondre aux quelques messages reçus dans la foulée, dont un qu’il adressa à Jisu, pour lui dire de se préparer au cours à venir… Simple taquinerie, puisqu’il ne comptait pas la coacher sérieusement ou faire d’elle une pro du ballon du rond ! Loin de là… Avec un sourire pour manger la moitié de son visage, il relâcha aussi vite son téléphone pour se dépêcher de rejoindre les autres, priant intérieurement qu'aucun ne tarderait sur place. Tous évoquèrent une tournée des bars, mais ayant suffisamment bu la veille, Luka eut la bonne excuse pour décliner l’invitation sans paraître trop suspect… A l’inverse de ses collègues, il prit davantage de temps sous les douches, appréciant le contact de l’eau chaude et ruisselante sur son corps. Cette chaleur n’était pas sans détendre ses muscles, même si l’idée d’un massage germait de plus en plus dans son esprit… Jisu savait-elle masser ? Et pourquoi se surprenait-il à repenser à elle, tout à coup ? « Ah… Elle m’a vraiment fait un truc. C’est pas possible. » dit-il pour lui-même, à voix haute.

Oui. Il s’était fait ensorceler...


Revenir en haut Aller en bas
Shin Jisu
good to me ft jisu Tumblr_inline_p8ld78D8Xl1sy58dp_540
À Jeju depuis le : 13/01/2019
Wons : 1359
Messages : 523
About me :

good to me ft jisu Tumblr10
good to me ft jisu Ng5hl910
♥️ PHONE♥️ ♥️INSTAGRAM♥️
good to me ft jisu 7U4QXNk
good to me ft jisu Ng5hl910
♥️ My work, my life ♥️
good to me ft jisu CVCXBtp
good to me ft jisu Ng5hl910
♥️ My male friends ♥️
♥️ Siwon aka One ♥️
good to me ft jisu Tumblr_olmo6g6iUB1ub8hyjo2_500
Jongsoo Aka Soo
good to me ft jisu -Your-smile-is-BABY-s-drug-yongguk-40504187-268-268

Pouvoir : -
Malédiction : -
Âge : 24 ans
Métier /études : Tatoueuse/strip teaseuse
Les amours : Un homme que j'ai jamais cru tomber amoureuse
Logement : Seogwipo avec son "ami".
Célébrité : Suzy Bae ( by myself )
Situation rp : ouvert.
Doublons : Woo Hope | Ye Sun | Seong Su
Shin Jisu
Keep calm and work hard« simin »
Keep calm and work hard
« simin »



Lun 4 Fév - 2:00

(outfits) ~ Le sourire niais, la fille figée parmi la foule du centre commerciale. Certaines personnes qui me regardent comme si je suis complètement folle ayant les yeux rivés sur mon portable. Il m’a répondu. Je ne devrais pas être surprise qu’il m’ait répondu vu qu’il m’a donné son numéro, mais je suis tout de même étonnée qu’il me réponde malgré qu’il soit occupé aujourd’hui. Pour une relation sans lendemain, ce n’est pas trompeur? Je suis bouche-bée. C’est sûr que j’ai lâché un rire concernant le post-it, mais j’ai également rougit alors qu’il a mentionné qu’il a du mal à se concentrer. Je suis la fautive dans cette histoire, je ne peux le nier, mais nous avions tous les deux jouer avec le feu. Voilà, ce qui s’est passé. Ainsi atteindre les limites de l’autre dans l’art de la séduction et aller au-delà d’un simple jeu d’aller narguer l’adversaire. Le résultat étant que nous avons très peu dormi, je me sens désolée pour lui. Déjà que je regrette d’avoir envoyé les cœurs et voilà qu’il me le note. J’imagine bien son sourire moqueur en train de me taquiner comme qu’il a eu l’occasion à plusieurs reprises la veille sans oublier le clin d’oeil. Je l’imagine bien et ça m’étonnerai qu’il ait en ce moment un visage stoïque en écrivant ce message. Suis-je en train de penser qu’il soit aussi idiot que moi pour afficher un énorme sourire au visage en public? Dix-sept heures ce soir, nous avons un rendez-vous au stade à Seogwipo. Ce n’est pas la porte à côté, mais tout de même, ça ne me dérange pas. Au contraire, je suis énervée de le voir de nouveau surtout à son lieu de travail. Ne m’a-t-il pas vu en train de danser? Je suis curieuse de voir ce que s’est un stade en vrai, comment ça doit être spacieux!

Citation :
« Mince, je suis la fautive, en plus! Désolée d’avoir abusé, malgré que monsieur a abusé aussi. good to me ft jisu 225572096 C’est parfait, j’irai te rejoindre à 17h! Ah! Ravie que les cœurs te plaisent! ><»


Je lui ai répondu avant de remettre mon portable dans ma poche continuant mon lèche vitrine et en rentrant dans chaque boutique qui m’intéresse pour regarder les vêtements, ainsi que chaussures, veste, accessoires et tout. En achetai-je? Quand c’est dans mon budget que je me suis permis de mettre de côté. Continuant cette thérapie que seules les femmes connaissent. Même si je ne dépense pas énormément ça reste tout de même une satisfaction de dépenser un peu pour des nouvelles choses alors que je travaille beaucoup. Au moins, aujourd’hui, j’ai un peu de répit pour moi, pour m’occuper que de moi. Être libre de faire ce que je veux sans que je sois bousculée dans mon horaire et sans que je cour partout pour me rendre en vitesse vers mon deuxième lieu de travail. Je suis en paix, très détendue, mais surtout j’ai hâte que la soirée arrive pour rencontrer de nouveau Luka. Sauf que tout bonne chose à une fin dans cette séance de magasins, il est à peu près midi et je suis dans le transport en commun avec quelques sacs dû à mes achats «mûrement» réfléchis. Direction vers mon piteux appartement, mais mon portable sonne. Un texto de Luka? Ah? Un match?

J’ai regardé l’heure, je n’ai pas déjeuné et je venais tout juste d’arriver à mon arrêt. Il est midi, le temps que je dépose mes sacs, je mange un peu sans oublier d’appeler un taxi, j’arriverai juste pour le match. J’y suis intéressée. Je n’ai jamais vu de partie football et je n’ai jamais vu de professionnel y jouer. Je suis curieuse et à la fois, je serai surplace pour notre soirée. Je pourrais prendre des notes pour le battre par après, non? Donc, c’est ce que j’ai fait. Sortant du bus, allant vers mon appartement en pressant le pas. Échapper deux ou trois reprises mes clés de chez moi en jurant ici et là que je n’ai pas le temps de faire des conneries, mon temps est compté. J’ai finalement réussi à entrer déposer mes sacs sur mon matelas qui me sert de lit en tentant d’appeler un taxi. Après avoir accroché, j’ai englouti quelques trucs qui trouvent dans mon réfrigérateur et je quitte. Embarquant dans la voiture, donnant les directives du chauffeur, je peux enfin souffler et ainsi digérer pendant le trajet. Tenter de faire descendre l’adrénaline qui a pu monter à cause du stress, le stresse étant la peur de rater le match de monsieur le professionnel. En regardant le décore de la ville de Jeju se faufiler sous mes yeux, mes pensées profitent de se promener dans ma tête. Je ne veux pas que Luka vienne chez moi et que par hasard mon ami soit là pour des raisons qui me sont inconnues. Je ne veux pas le déranger en lui faisant un détour. En plus, pourquoi m’invite-il à un match si on est seulement qu’un coup ou même plusieurs coups de soirs? Qu’est-ce que je pourrais parier si jamais je gagne; ce qui m’étonnerai énormément? En soupirant, j’ai vu l’heure et il ne reste que trente minutes avant de voir le stade. Je ne peux pas dire au monsieur d’accélérer, car c’est aller à l’encontre du code de conduite. Je regarde mon portable qui se verrouille sous les yeux, caressant l’écran avec le pouce, me souhaitant d’arriver à l’heure pour voir au moins le prince jouer. Montrer réellement s’il est vraiment un footballeur professionnel et non un frimeur. Soit dit en passant, c’est l’une des raisons de plus que je détiens pour faire ce voyage à cette ville huppée.

Enfin, je suis arrivée à cette ville riche en personnes qui aiment les goûts de luxes. Les voitures hautes gammes qui roulent à mes côtés est un vrai chef-d’œuvre à regarder. Ces personnes si bien habillées et sophistiquées qui débarquent de leur moyen de transport en ayant une attitude snob me dégoûtent un peu. La richesse, être aisée, être bien financièrement est un luxe que je voudrais avoir, mais devenir comme eux; immondes et supérieurs. C’est non. Je préfère être comme je suis pour être une meilleure personne que d’être une malheureuse riche. C’est désolant à voir et en même temps que non, car je vois bien qu’ils sont fiers de leur dur travail si au moins ils travaillent. Je vois le stade au loin, le trafic s’installe. Je regarde l’heure il ne reste que 15 minutes. Raaah, décidément il faut que je cours à chaque fois à cause de ses foutus embouteillages. La dernière fois c’était en allant chez Hanna, je crois qu’il a eu un accident et il a fallu que je coure à toute vitesse pour aller vers son appartement. Courir en talon haut c’est une très mauvaise idée. J’aurais pu tomber et me fouler la cheville, j’ai été chanceuse pour cela, mais après je sentais mes battements de cœur dans mes pieds à cause de la pression de sang. Là, les chaussures conforment pour courir, payant le monsieur dans la voiture avec moi. Débarquant pour me diriger vers le trottoir et je coure. Courir à toute vitesse. Payer un billet et s’installer. M’asseoir sur un siège n’a jamais été aussi satisfaisant que de baiser quelqu’un. C’est l’extase même. Un vrai sprint. J’ai le souffle coupé, mais au moins, je suis arrivée pile à l’heure.

Je ne comprends pas trop les règlements qui existent dans ce sport, mais c’est intéressant. Bon, je ne suis pas fan, mais regarder en vrai qu’à la télévision est toujours plus amusant. Pourquoi aussi gros terrain? Pourquoi des aussi gros filets? Pourquoi ils mettent qu’un seul gardien pour ce gigantesque filet? Pourquoi il a autant de joueur pour taper un simple ballon? Pourquoi un carton jaune et l’autre fois un carton rouge? Pourquoi il a un mec qui a une tenue blanche et noire? Toutes mes questions que je tente de résoudre par moi-même en ne voulant déranger personne autour de moi. Justement, il a un voisin qui ne se gêne pas de me caresser la cuisse quand tout le monde a l’attention sur le jeu. Lorsque l’équipe du prince marque un but, je suis tout le monde en me levant et en criant. Tel un mouton suivant le troupeau. Sauf que le plaisir étant que j’écrase le pied de l’homme pervers qui hurle de douleur, mais ça personne ne le sait, tout le monde regarde le match qui se déroule sous nos yeux, n’est-ce pas? Ce fut un doux plaisir. Une vengeance si délectable. Il m’a lâché après, problème résolu. Malgré ce petit détail, je ne pensais pas que cela durerai aussi longtemps. Deux heures et demie, même trois heures de jeu. Les buts qui se font aller de droite à gauche. J’ai eu la chance de voir Luka marqué, je suis fortement impressionnée. Finalement, j’ai bien raison de le surnommer monsieur le professionnel. Donc, il a eu raison sur ce point. C’est confirmé, il n’est pas un frimeur.

Les sièges se vident, tout le monde s’éloignent vers les joueurs pour les autographes et les photos. Je reste à l’écart en voyant la scène. C’est une vedette, je ne peux pas le nier, mais ça ne me dérange pas. Je le regarde de loin et je me dis que peut-être c’est seulement d’apparence. Être si populaire peut-être qu’il n’aime pas cela en réalité? Je ne sais pas, mais avoir autant de fan et de groupies… Je sors peu à peu de mes songes quand je me suis aperçue que j’étais seule. Je descends les escaliers pour m’approcher du terrain sans y aller. Allant à la première section des sièges pour m’asseoir, je regarde le terrain. C’est énorme. J’étais un peu plus haut en hauteur et là, je suis à la première rangée et je me sens légèrement intimidée par cette vaste pelouse. Pourquoi j’ai fait tout ce chemin pour un mec pareil? Pourquoi? Doucement, je me dirige vers le hall. Peu à peu, les amateurs de foot sont partis me laissant seule. Je regarde la décoration pendant que des joueurs s'en vont festoyer leur victoire me lâchant quelques commentaires que je réponds à un simple sourire. Le plus important se fait attendre, non?

Citation :
«Je sais qu’il est pas 17h, mais je suis dans le hall, si jamais tu te libères plus tôt, monsieur le professionnel ;) »


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



Lun 4 Fév - 17:55

(outfits) Le stade ne s’était pas rempli comme durant les tournois de ligue des nations. On était même très loin de l’effervescence habituelle ou de celle qui avait transcendé l’île – ainsi que le pays tout entier – au cours du dernier mondial en date ! Il ne s’agissait ni plus ni moins que d’un petit match amical pour regrouper les plus fidèles au poste. Les groupies ? Il y en avait toujours, c’était un fait. Luka était cependant loin du déchaînement que l’on offrait aux idoles de la kpop et il ne s’en plaignait guère. Même si cela n’en restait pas moins flatteur, il avait aussi mûri par rapport à ses débuts triomphants où seul le succès comptait. En soi, le jeune homme avait toujours aspiré à être reconnu et apprécié pour son jeu, avant tout intérêt d’ordre futile et physique. Les membres de son équipe se plaisaient toujours à le surnommer « gueule d’amour » ou « joli cœur » mais il n’était pas le seul doté d’un physique avantageux. Mais il correspondait sans doute le mieux aux critères de ces jeunes femmes, même s’il ne s’en souciait plus autant qu’avant…

Jisu se ferait-elle présente dans le public ? Elle ne lui avait rien dit à ce sujet… Il était au moins assuré de la voir pour 17 heures, mais en soi, il ne serait pas bien compliqué de la repérer dans les gradins. La pauvre risquerait aussi de l’attendre longtemps avant son entré sur le terrain… Pourrait-elle le voir comme un joueur médiocre et de seconde zone ? Elle avait beau ne rien y connaître, le football n’était pas un sport difficile à suivre et à comprendre, contrairement à d’autres disciplines plus complexes comme le baseball, le basket ou encore l’escrime… La liste ne s’arrêtait pas là, bien sûr. Il espérait qu’elle passerait tout de même un bon moment, si tentait il l’apercevait au loin, au cours de la partie… Pour ne pas se laisser bêtement dissiper, le coréen se focalisa bien davantage sur les hurlements de leur entraîneur pour motiver et diriger les troupes. Assis sur son banc, avec les autres remplaçants qui étaient eux-même munis de leurs téléphones, Luka s’efforça à ne pas zieuter trop souvent son écran, au risque de ne plus pouvoir se concentrer. La tentation fut bien trop grande lorsqu’il lui demanda cash, si elle comptait parmi le public. A sa réponse, un fin sourire se nicha sur le coin de ses lippes. Même par textos, ils ne cessaient de se tourner autour, sans donner pleinement satisfaction à l’autre… C’était à la fois prévisible et amusant. Peut-être tout autant que de le surprendre à chaque fois sur le fait !

Jusqu’à la dernière minute, personne n’aurait pu prédire à l’avance l’équipe gagnante, mais il fut bien soulagé et à la fois satisfait d’avoir compté parmi les butteurs ayant sauvé l’honneur de leur club ! Perdre sur leur propre terrain foutait toujours un grand malaise et énorme coup au moral. Cette fois-ci, tout s’était passé pour le mieux, et malgré un match qui s’était vu traîner sur la longueur, le jeune homme pouvait désormais s’estimer serein pour la suite des événements. Il n’y aurait pas d’autre confrontation avant la semaine prochaine et il aurait quartier libre durant les deux prochains jours… En revenant auprès de son casier, après s’être douché, son premier geste avait été de se saisir de ses vêtements laissés à l’intérieur de son sac. Pas d’artifices ou de tenue chic. Luka embarquait toujours avec lui ses vêtements les plus basiques, quant il se rendait au stade. Il ne tarda pas à adresser un rapide regard à son téléphone, peu surpris du contenu qu’il put se mettre sous les yeux, alors qu’un nouveau sourire s’étirait sur son beau visage. S’assurant d’un regard circulaire que plus aucun élément perturbateur ne traînait dans les parages, le footballeur, enfila un gilet noir sous son blouson en cuir. Tenue adéquate et en conséquence pour braver le froid persistant du dehors, tout en restant un minimum attrayant. Un survêtement aurait peut-être fait rire la demoiselle, mais il n’y avait probablement pas plus tue l’amour, surtout pour un premier semi-dating… ?

A présent qu’il avait l’information de la retrouver dans le hall du bâtiment principal, le coréen accéléra le pas pour la retrouver, avant qu’un autre ne le fasse pour lui… Il ne fallait pas croire. Certains de ses coéquipiers repéraient les jolies filles à des kilomètres à la ronde. Sans parler du cliché que bon nombre d'entre eux détenaient dans leurs téléphones, nul doute que l’on ferait très vite le rapprochement entre elle et lui… Autant dire que s’il pouvait l’éviter, cela l’arrangerait… Jisu, il avait beau se dire qu’elle n’était « rien » ni personne dans sa vie… Il ne tenait cependant pas à la faire fuir. Surtout si c’était à cause des autres. Alors, lorsqu’il la distingua au loin, dans un ensemble en jean’s qui lui allait à ravir, un sourire incommensurable illumina les traits malicieux de son visage. Juste avant qu’elle ne l’aperçoit en retour, Luka reprit tout son sérieux en se rendant à pas rapides vers elle, feignant l’indifférence malgré son regard rieur pour le tromper… Il eut bien du mal à cacher sa joie, alors qu’il espérait faire taire les battements soudain dans sa cage thoracique. Un concerto qu’il n’avait lui-même pas vu venir… C’était à ce point-là, qu’elle ne le laissait pas indifférent ?

« Tu étais si pressée de me revoir ? Monsieur le professionnel, ça fait un peu trop… Mais coach, ça m’ira très bien pour aujourd’hui. » la taquina avec un léger dédain. Sans se faire incivilité, il pensa naturellement à courber l’échine en gage de salutation, même si tout au fond de lui, il trouva presque autant étrange de paraître à la fois proche et distant… Faute à cette nuit passée. Faute au mystère qui entourait toujours ce bout de femme, jusque aux fondements même de leur relation… Il aurait aimé avoir un geste plus tendre envers elle, mais pour l’heure, il se limita au rôle qu’il s’était vu confié et qu’il espérait mener à bien. « Qu’est-ce que t’as pensé du match ? T’es sure de pouvoir assurer avec un ballon ? Zéro pression ? » Tentative subtile et à la fois ridicule de sa part pour semer le trouble, même s’il n’y pensait pas sérieusement le moins du monde. Luka rechercha juste à l’embêter, malgré le mal qu’il se donnait pour paraître crédible. Il écrasa son poing sur le devant de ses lèvres dans l’idée de se donner un genre impartial. En réalité, pour camoufler le rire qui le chatouillait si fortement depuis qu’il avait commencé à lui parler…

Sans crier gare, de lourds échos firent irruption dans le hall. Des voix bien trop familières pour qu’il ne réagisse pas subitement au moment où il se saisit de la main de Jisu pour la ramener contre lui. De son autre main, il lui mima l’ordre de se taire, le doigt levé contre ses lippes, juste à temps pour l’attirer dans la direction précédemment empruntée… Si on apprenait qu’une fille s’était infiltrée dans les vestiaires des joueurs de la Jeju United FC, nul doute qu’elle ferait les gros titres dans la rubrique des faits divers ! Pour autant, si Luka avait réagit sans réfléchir et sans penser au fait que ses coéquipiers reviendraient justement dans cette direction, il n’y pensa pas à dix fois avant de faire entrer la jeune femme dans un placard à balais ! Ce même placard dans lequel il s’engouffra à son tour, totalement pris au dépourvu, alors qu’il se maudissait de ne pas être resté à l’extérieur pour les confronter, l’air de rien…

Cela lui aurait évité cette proximité soudaine, doublé d’un espace bien trop étroit pour qu’il se sente parfaitement à ses aises. Pourquoi le bon dieu l’avait fait aussi grand ? Et pourquoi y avait-il une foutue étagère pour le forcer à rester, tête penchée ? Bien sûr, lorsqu’il cessa de se plaindre intérieurement de sa connerie, il réalisa très vite que le corps de la danseuse contre lui ne fut pas sans éveiller un minimum ses démons intérieurs… L’odeur de son parfum pour le rendre totalement stone, il en oublia presque les désagréments de cette situation pour n’avoir d’yeux que pour elle, et sur la courbe si séductrice de ses lèvres sur laquelle il fit une réelle fixette. « Désolé... » Un murmure à peine audible. Et pourtant, s’il avait toutes les raisons de s’excuser pour les circonstances, il s’excusa bien davantage pour le geste qui allait s’en suivre… Le footballeur fut bien incapable de ne pas sceller ses lippes contre les siennes. Jisu avait le goût d’un souvenir à la fois proche et lointain. Le goût du manque qu’il se devait d’assouvir.


Revenir en haut Aller en bas
Shin Jisu
good to me ft jisu Tumblr_inline_p8ld78D8Xl1sy58dp_540
À Jeju depuis le : 13/01/2019
Wons : 1359
Messages : 523
About me :

good to me ft jisu Tumblr10
good to me ft jisu Ng5hl910
♥️ PHONE♥️ ♥️INSTAGRAM♥️
good to me ft jisu 7U4QXNk
good to me ft jisu Ng5hl910
♥️ My work, my life ♥️
good to me ft jisu CVCXBtp
good to me ft jisu Ng5hl910
♥️ My male friends ♥️
♥️ Siwon aka One ♥️
good to me ft jisu Tumblr_olmo6g6iUB1ub8hyjo2_500
Jongsoo Aka Soo
good to me ft jisu -Your-smile-is-BABY-s-drug-yongguk-40504187-268-268

Pouvoir : -
Malédiction : -
Âge : 24 ans
Métier /études : Tatoueuse/strip teaseuse
Les amours : Un homme que j'ai jamais cru tomber amoureuse
Logement : Seogwipo avec son "ami".
Célébrité : Suzy Bae ( by myself )
Situation rp : ouvert.
Doublons : Woo Hope | Ye Sun | Seong Su
Shin Jisu
Keep calm and work hard« simin »
Keep calm and work hard
« simin »



Lun 4 Fév - 22:16

(outfits) ~ Un hall si énorme que ce stade peut avoir. Je me sens minuscule dans ce vaste endroit en attendant une personne. Une personne bien grande et qui se laisse désirer. Doucement, je me dirige vers les trophées ignorant les belles paroles des joueurs professionnels qui passent par là. Je regarde les dates, les noms affichés, tout en m’éloignant du monde réel. Je réfléchis si je n’avais pas fait une bêtise en allant voir le match. Est-ce que c’est une connerie? Un faux mouvement venant de ma part? Est-ce que ce geste va éteindre l’étrange lien qui nous lie? Je me sens mal d’avoir été si pressée de le revoir, mais j’ai en moi un désir qui me ronge de l’intérieur que je suis incapable d’ignorer. L’envie de vouloir le revoir et même être à son contact augmente sans cesse depuis la veille. C’est agréable, mais à la fois pas du tout. Je ne veux pas être dépendante de ces sentiments, mais c’est addictif. Je ne sais pas comment l’expliquer, mais c’est comme si mon indépendance confronte ma dépendance à lui et qu’ils se combattent. Bizarre, mais à la fois satisfaisant dès que je pouvais croiser son regard. Je deviens de plus en plus stupide… Comme si on pouvait penser à la même chose, comme si on pouvait ressentir la même chose. Sûrement que lui ne voudrait qu’une partie de jambe en l’air et rien de plus. Seulement une femme bonne pour assouvir ses pulsions masculines. Je suis encore plus idiote de penser comme cela alors que je le connais à peine. C’est ridicule. Des pas, des pas s’avancent, vers moi, qui me font sortir de ma torpeur. Une imposante présente se trouve à mes côtés, quel hasard, je finis tout juste de relire le nom que je tentais de lire plus tôt pour déposer mon attention vers la personne.

Même si le visage reste impassible, ses yeux le trahissent. Je souris à cette vue. Il essai de paraître sérieux, il va falloir qu’il prenne le contrôle des regards qui déposent sur les gens puisqu’il se fait rapidement griller. Suis-je pressée de le voir? Oui, lui ce n’est pas le cas en me demandant d’aller voir son match? On peut l’interpréter sur bien des manières. Il m’a tendu une perche et je l’ai pris sans hésiter. À moins que ce fût un test pour savoir si je suis dingue de lui ou pas. L’ai-je échoué? « Je te vieillis un peu trop en te nommant Monsieur? C’est bon coach, si ça te va, ça me va.» lui ai-je répondu en me courbant l’échine également. Même si on s’est vu sous un autre jour la veille, on reste tout de même des personnes civilisées. Ça ne me dérange pas – en fait si – si on ne reste que deux personnes qui ont connu une soirée torride. Ça ne me dérange pas de rester son amie s’il préfère avoir des amies au lieu de se caser… Est-ce que j’ai pensé caser? Il faut vraiment que j’arrête d’être dans ma tête. Je ne suis pas en couple et d’ailleurs ça n’ira pas plus loin. On est de simples êtres humains qui se sont connus dans des circonstances torrides et en soif de charnelle, mais pas plus. Jisu, il te considère comme de la viande, pas plus compris? Mais si je veux être de nouveau mangée, qu’est-ce que je fais? Jisu! Concentre-toi sur lui et non sur ses lèvres! En plus, je l’ai connu hier! Wake up! Ce n’est pas comme si je lui voue un amour éternel. Je suis seulement attirée physiquement vers lui. Oui! Il est beau gosse et ça m’a plu. Sa gentillesse m’a plu aussi, mais on s’est séduit mutuellement, corps à corps et on a passé à l’acte. C’est ce que je dois dire. C’est seulement physique entre nous. Bref, je voulais lui faire la surprise, mais décidément il m’a vu dans les sièges. Je suis un peu déçue, car je voulais le féliciter pour sa victoire et également pour son but. Il faudrait que j’arrête d’être prévisible. «Justement, Félicitation pour ta victoire. Sinon j’ai aucune pression. J’ai pris des notes c’est pour ça que j’ai été voir le match! Bon, c’est sûr que j’aurais besoin de conseils et de démonstration…» dis-je en lui faisant un clin d’œil, amusée. Oui, j’ai certainement tendue une perche, mais ça c’est à lui de décider. Même s’il se prétend indifférent, même s’il tente de se cacher qu’il est à deux doigts de s’esclaffer, je connais son jeu. Il prétend, mais c’est un homme adorable, comme un chien. Un chien ne peut cacher sa véritable émotion et il tente tant bien que mal de rester insensible. En réalité, ce que tu vois derrière lui c’est une queue qui se remue. Est-ce que je commence à le connaître? Puis la comparaison du chien colle de plus en plus à sa personnalité, c’est tellement mignon.

« Et…!!» Il m’a pris la main en me tirant vers lui qui me déboussole énormément vu que j’allais lui dire quelque chose. Son doigt, je le vois glisser sur ses lippes, me faisant signe d’être silencieuse. Sur le coup, je ne comprends pas, mais j’ai rapidement prouvé le contraire quand les voix derrière s’approchent dangereusement vers nous. Pourquoi me cache-t-il? Pourquoi on se dirige vers les vestiaires? Pourquoi on entre dans les vestiaires des hommes. Sans voix, on s’enferme dans le placard à balai. Je tente malgré moi d’assimiler ce qui vient tout juste de se produire. Pourquoi il veut absolument cacher en vue de ses coéquipiers? Pourquoi est-il avec moi – quoique sa compagnie ne m’embête pas – il aurait pu confronter ses amis, non? Lui fais-je honte? Il peut très bien dire que je suis une amie de longue date, mais maintenant que je suis entrée dans les vestiaires des hommes, j’imagine très mal d’apparaître comme ça de nulle part en me présentant. J’ai du mal à tout saisir et à interpréter ses gestes. Heureusement pour moi le placard est pile de la bonne grandeur même si je suis complètement collée contre Luka. En le regardant, je tente par tous les moyens – dont mordre mes intérieurs de joues, penser à quelque choses de tristes ou de regarder ailleurs – pour ne pas rire de sa gueule. Pauvre Prince, sa grandeur lui fait défaut pour être coincé avec moi dans un compartiment restreint. Son expression vaut mille mots, mais je tente malgré moi de ne pas rire de lui, par respect pour lui. Pourtant, se fût un instant pour que l’ambiance rigolote se change rapidement. Nos regards se croisent et j’imagine qu’on a tous les deux remarqués la proximité que nous avons. Mon cœur qui devient de plus en plus bruyant. Mon cœur qui désir se faire entendre par le cœur non loin. Le désoler venant du fooballeur que je n’eus pas trop de mal à déchiffrer ayant une fixation sur ses lippes. La distance qui nous sépare diminue de plus en plus pour finalement s’embrasser. Pourquoi quand on est tout près, on perd nos moyens et on succombe à l’envie?

Son odeur fraîchement sorti d’une douche m’enivre les narines. Son corps collé contre le mien stimule mes hormones et cela empire avec le baiser devenant langoureux. Pour moi, le temps s’est arrêté, mais on m’a prouvé le contraire quand les hommes de tout à l’heure sont entrés dans les vestiaires, ce qui m’a fait pas sursauter en rompant nos échanges. Merde! Je ne veux pas qu’on me voit comme ça. Je ne veux pas qu’on me traite de perverse, même si la situation dit autrement avec Luka avec moi. Je me cache le visage contre le torse présent tout près de moi. Je commence à manquer d’air, soit que les vêtements m’étouffent ou bien c’est les circonstances qui commencent à me faire suffoquer. Cependant, la situation s’aggravait. J’entends des portes de casiers s’ouvrir et se refermer. J’entendais des Luka par-ci par-là, mais je tente de ne pas trop écouter en ayant le stresse dans le ventre de peur qu’on nous coince. Malgré l’attente qui dure quelques minutes, pour moi une éternité, ces hommes partirent des vestiaires et s’éloignent en riant de bon cœur. Le soulagement que j’ai ressenti lorsqu’on a ouvert le placard. «Mince, on a eu chaud! Tu as pensé à quoi en me tirant jusqu’ici..?» rigolai-je en me tournant vers lui, prenant sa main pour l’aider à se déplier, le pauvre. « Pas trop mal? Veux-tu que je te masse un peu pour t’aider à faire partir la douleur?» demandais-je par simple gentillesse et sans arrière pensée.


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



Mar 5 Fév - 13:35

(outfits) Il avait eut le temps de l’observer pendant sa contemplation, un rictus sur le coin de ses lippes. Jisu admirait les différents prix remportés par le club et ses titulaires. Il avait été à l’origine de quelques titres dont celui du meilleur espoir de la nation, en 2015. Puis deux années plus tard, il avait été recruté pour participer à la Coupe d’Asie de l’Est de football, à tout juste vingt ans. Avec un palmarès qui annonçait que lourd pour la suite de sa carrière, personne ne s’était attendu à le voir subitement dégringoler de son piédestal… Sa notoriété grandissante n’avait pas été sans lui apporter son lot de malheurs, notamment lorsque son couple devint le centre de grandes controverses, le poussant alors à commettre une faute dont il payait aujourd’hui le prix… Cela faisait déjà un an et demi qu’il se trimbalait une malédiction dont il peinait à se débarrasser. Existait-il une façon d’expier plus rapidement ses péchés ? Est-ce que la vie n’était qu’une histoire de karma ? Il n’en savait rien… Son meilleur ami qui avait été maudit depuis peu n’avait encore aucune idée du calvaire qui l’attendait…

Mais bizarrement, depuis le début de cette année, le footballeur avait le sentiment que ça se passait mieux pour lui. Il se fatiguait beaucoup moins et retrouvait des réflexes et des capacités propres au niveau de ses pré-débuts, avant qu’il ne débute au sein des pros. Était-ce un hasard si Jisu débarquait dans sa vie, pile lorsque les choses semblaient s’arranger ? Y avait-il un signe à interpréter… ? Allez savoir… Tout était beaucoup trop récent pour affirmer quoi que ce soit. Ceci dit, il était au moins certain d’une chose ; cette fille avait un truc sur lui. Ce petit on-ne-sait-quoi qui faisait toute la différence et qui les poussaient inexorablement l’un vers l’autre, tels des aimants. Peut-être que tout cela ne serait rien de plus qu’éphémère… Seul l’avenir le dira… Il y avait toutefois un côté rassurant à se dire que le « problème » ne venait pas uniquement de lui. Elle avait tout de même fait le trajet jusqu’ici exprès pour le voir et assister à son match… Sur sa demande, qui plus est. N’était-ce pas plus insensé quant on y réfléchissait bien ? Comment ne pas l’interpréter autrement que comme un gros béguin réciproque ?

« Je sens comme du sarcasme derrière ce surnom… donc coach, on valide. » ajouta t-il sur un ton se voulant aussi sérieux que léger. Mais ne se montrait-il pas tout aussi taquin avec elle ? Bien sûr, que cela se voyait comme le nez au milieu de la figure qu’il préservait extrêmement mal son sérieux ! A vrai dire, il n’espérait pas vraiment le lui cacher ses sentiments. Mais paraître trop content de la voir ne serait que lui apporter davantage de satisfaction, alors autant jouer le jeu autant que possible… Personne n’aimait paraître trop facile, après tout. Et en réalité, Luka était plus complexe qu’il n’en avait l’air… Il était reconnu pour être le bon gars ; celui dont tout le monde était ami et sur lequel on pouvait s’appuyer. Mais jusqu’à présent, il n’avait jamais fait passer aucune femme en priorité. Les copains et la famille avaient toujours su situer à la première place. Alors certes, peut-être lui arrivait-il de flancher pour un joli minois comme en ce moment même, mais cela ne durait jamais très longtemps parce que la réalité le rattrapait… Jisu était peut-être en mesure de lui apporter du réconfort, mais ce n’était pas en la voyant qu’il gagnerait sa vie ou qu’il se débarrasserait de son fardeau. Sur le long terme, serait-elle en mesure de faire battre son cœur aussi fort et aussi intensément qu’en ce moment même ?

« Merci. Je vois que tu prends tout ça au sérieux… Ça me touche. » Il ironisait un peu ses dires mais il n’en pensait pas moins. Il n’existait pas tant de femmes pour s’intéresser vraiment au football… Du moins, pas celles qui décident subitement de s’y mettre après l’avoir rencontré. De base, ces dernières se voulaient déjà connaisseuses ou totalement désintéressées. Ça ne l’ennuyait pas, de ne pas partager sa passion. Pour ce qu’il faisait la plupart du temps avec ces filles, l’intérêt qu’elles pouvaient avoir pour le foot lui passait au-dessus de la tête ! Mais il était toujours plaisant de se projeter dans des activités communes - autre que le sexe s’entend – si cela finissait par devenir un peu plus sérieux… Si deux personnes n’avaient strictement rien à se dire ou en commun, n’était-ce pas relativement triste à imaginer ?

L’attitude des deux protagonistes différaient radicalement de la veille, à un point où l’on pouvait difficilement s’imaginer qu’ils étaient déjà passés à l’acte. A bien y penser, n’était-ce pas ce qu’ils auraient initialement expérimenté s’ils n’avaient pas de suite griller plusieurs étapes ? Le retour en arrière pouvait sembler déroutant, mais en tout point logique. Pour Luka, ça n’était pas si déstabilisant dans la mesure où il ne pensait à rien en particulier. Il n’en était pas à se projeter dans l’avenir ou à se questionner sur tous ses faits et gestes. Il vivait juste l’instant, en se fichant bien des étapes ou des codes, tant que ça lui convenait à lui, et il l’espérait bien sûr, à elle aussi. Ne pas réfléchir l’amena toutefois à regretter son manque de jugement lorsqu’il se retrouva coincé dans cette pièce confinée… A deux, ils passaient de justesse ! Autant des situations incongrues lui arrivait fréquemment en présence de ses potes, mais en présence d’une fille, beaucoup moins ! Luka veillait un peu trop à l’image qu’il se donnait et à un minimum de confort pour s’imposer ce genre de tension. Dans l’ascenseur, le jeu avait été différent. Plus excitant… Là, il avait plutôt le sentiment de la rendre confuse en plus de l’impliquer dans un probable quiproquos qui aurait pu être évité… Elle pouvait s’imaginer qu’il la cachait de ses amis ? Et c’était-ce pas ce qu’il était en train de faire ? Oui et non… Il ne voulait pas la présenter à ces derniers comme étant son récent coup d’un soir… Mais il ne pouvait se résoudre à la présenter comme une pote non plus, puisque ce n’était pas le cas. Mentir n’était pas dans ses habitudes… Là encore, il était beaucoup trop droit et trop fidèle pour se résoudre à ça.

Malgré l’excuse et les circonstances, le retour de cette tension sexuelle ne manqua pas de réveiller tous ses sens. L’envie l’emportant sur toutes formes de raison, il avait été bien incapable de ne pas l’embrasser à pleine bouche, s’immobilisant un instant, pour sourire contre ses dents puisqu’elle répondit sans mal à ce même désir. Décidément, cette fille lui plaisait beaucoup… Et il en vint même à se demander lequel des deux avait offert sa langue en premier, tant ils ne purent se résoudre à le faire autrement que de cette manière. Jisu n’embrassait pas comme une gamine ou comme une pseudo sainte qui n’assumait pas ses pulsions. Elle le vivait aussi fortement que lui. Elle le faisait sans doute aussi pour lui, sans que cela ne paraisse prématuré ou exagéré. Était-ce cette spontanéité entre eux qui rendait l’alchimie d’autant plus plaisante ? Pendant un instant, il en oublia qu’ils étaient dans un placard, jusqu’à ce que ses coéquipiers ne se mettent à cantonner son nom pour les arrêter aussi sec ! En sentant le visage de Jisu se blottir contre son buste, il s’était alors de lui-même arrêté de respirer. Avec l’anxiété qui ne cessait de s’accroître, le jeune homme fit son possible pour rester calme et lucide. Dans ce genre de contexte, l’un devait toujours prendre le dessus pour rassurer l’autre. Et c’est ce qu’il fit, en la sentant particulièrement tendue, par sa faute. Son bras qui l’entourait déjà par la taille se resserra un peu plus autour d’elle. Maintenant qu’il était redevenu pleinement sérieux et déterminé à ne pas faiblir, il garda ainsi la tête haute, toujours aux aguets alors que le chahut finissait par se dissiper…

Lorsqu’ils furent possible pour les deux de ressortir, son premier geste avait été de réprimer une grimace liée à la mauvaise posture, dans cet espace bien trop étroit ! Il sentit la douleur des cervicales ressurgir comme un peu plus tôt, lorsqu’il s’était mangé un ballon. Pas certain qu’il retenterait l’expérience de si tôt… Ou alors il investirait dans le réaménagement des locaux pour que le tout soit conforme à ses mensurations ! Tiré de ses pensées par la première interrogation de la demoiselle, il ne s’essaya pas à en rire tout de suite, n’ayant pas vraiment d’argument valable pour expliquer sa débilité profonde. « A rien. J’ai pas pensé, justement… Ah. Mes cervicales... » se plaignit-il en déposant un cul sur le banc le plus proche, près des casiers. La proposition de la belle tombait à point nommée et pourtant, il ne fit rien d’autre que de lui sourire, cherchant à étirer et faire craquer son cou de droite à gauche. Méritait-il vraiment un massage après ce qu’il venait de faire ? Probablement pas, mais il aurait été bien idiot de le refuser… Alors au lieu de lui répondre de vive voix, il tendit les mains et l’attrapa par les hanches, pour la ramener doucement contre lui. Il aimait bien la savoir à califourchon sur lui… De cette manière il pouvait aussi la regarder et laisser ses mains se faufiler tranquillement sous son sweat. Sa peau était douce et chaude. Réconfortante. Ce qu’il lui fallait actuellement. « Tu peux me masser les épaules dans cette position ? » demanda t-il d’une voix suave, presque irrésistible. Vil personnage, quant il s’y mettait... Il n’en restait pas moins taquin dans le fond, même si le sourire n’y était plus. Ses mains jusque là, sages, et fermement suspendues à sa taille ne tardèrent cependant pas à se déployer lentement dans son dos, en de tendres caresses. Lui non plus, n’avait pas la moindre arrière-pensée, quoi qu’elle en pense. Il la touchait juste parce qu’il était bien incapable de ne pas le faire. Il se sentait juste bien, avec elle.


Revenir en haut Aller en bas
Shin Jisu
good to me ft jisu Tumblr_inline_p8ld78D8Xl1sy58dp_540
À Jeju depuis le : 13/01/2019
Wons : 1359
Messages : 523
About me :

good to me ft jisu Tumblr10
good to me ft jisu Ng5hl910
♥️ PHONE♥️ ♥️INSTAGRAM♥️
good to me ft jisu 7U4QXNk
good to me ft jisu Ng5hl910
♥️ My work, my life ♥️
good to me ft jisu CVCXBtp
good to me ft jisu Ng5hl910
♥️ My male friends ♥️
♥️ Siwon aka One ♥️
good to me ft jisu Tumblr_olmo6g6iUB1ub8hyjo2_500
Jongsoo Aka Soo
good to me ft jisu -Your-smile-is-BABY-s-drug-yongguk-40504187-268-268

Pouvoir : -
Malédiction : -
Âge : 24 ans
Métier /études : Tatoueuse/strip teaseuse
Les amours : Un homme que j'ai jamais cru tomber amoureuse
Logement : Seogwipo avec son "ami".
Célébrité : Suzy Bae ( by myself )
Situation rp : ouvert.
Doublons : Woo Hope | Ye Sun | Seong Su
Shin Jisu
Keep calm and work hard« simin »
Keep calm and work hard
« simin »



Mar 5 Fév - 22:35

(outfits) ~ Je n’aurais jamais cru être rapidement attirée vers quelqu’un. Je n’aurais pas cru de ça venant de ma part qui tente par-dessus tout d’être prudente. Je n’aurais pas cru que j’aurais été dans les bras d’un mec, de prendre un bain, de dormir avec lui et de le rencontrer de nouveau. Je n’aurais jamais pensé que cela puisse se passer bizarrement comme ça. Me voir courir pour un mec que je ne connais pas plus que cela me surprend de plus belle. Tout cela n’est que physique de toute façon, n’est-ce pas? Le voir ainsi me dévorer des yeux et nous embrasser en étant dans un milieu restreint, c’est purement une attirance entre un homme et une femme, hein? Je ne pouvais pas tomber amoureuse, je me suis auto fait une promesse à ce sujet à la mort de mon ex. Je m’étais dit que j’effacerai entièrement ses dettes et je pourrais vivre convenablement en finissant par vivre avec un travail avant de trouver quelqu’un. Vivre sainement sans stresse de peur d’arriver en retard ou de se faire engueuler par mon ami. Vivre en paix et peut-être me trouver un mec qui acceptera qui je suis vraiment par le passé, présent et à l’avenir. Sauf comment interpréter les événements depuis je l’ai vu durant mon heure de travail, c’est-à-dire la danse? Comment? Pour lui, je suis seulement un jouet sexuel, un coup de plusieurs soirs, un fuck friend juste le temps qui se vide avant qu’il déguerpisse. Oui, je vais penser comme ça, ça me fera moins mal à l’avenir quand il va disparaître. Quand va-t-il disparaître? Peut-être quand nous allons nous quitter plus tard pour mener ma vie monotone et routinière? Justement après le pari, nous allons nous quitter comme si on ne s’était jamais vu. Cependant, tout cela me rend confuse. L’air joyeux de tout à l’heure lorsqu’il m’a vu. Le fait qu’il me demande d’aller voir un match? Vouloir me voir le lendemain et me laisser son numéro de portable? Me demander si je suis libre? Qu’est-ce que je dois comprendre?

Parlons du présent avant tout et non de l’avenir. Le fait que je me cache le visage dans son buste, pendant que ses coéquipiers fassent du boucan de l’autre côté du placard, m’a donné des effets incroyables. Déjà, respirer son parfum et l’odeur de ses vêtements me rendent complètement folle, mais sentir ses bras m’enveloppés pour me rassurer… Je ne sais pas comment expliquer. Être dans les bras d’un homme te procure énormément de bien, de réconfort et enlève tout stress qui puisse exister dans ton corps, c’est le cas pour nous. Ce qui me perturbe c’est qu’on ne se connaît pas. Bluffant. Au point, que j’ai carrément oublié les hommes de l’autre côté, la raison du pourquoi qu’on s’est caché. Être étreinte de la sorte par la gente masculine m’a terriblement manqué à ce point que j’ai glissé mes bras pour lui faire de même. Sans que je puisse penser, mon corps a agi seul de sa propre volonté. Je ne sais pas ce que Luka peut me faire, mais mon corps est incontrôlable quand je suis en sa compagnie. Un bref instant pour que je puisse le réalisé lorsque les mecs de l’extérieur sont partis que j’ai pu m’échapper de cette emprise. Je ne dois pas succomber à cette nouvelle tentation, je me dois d’ignorer l’attirance qui a entre nous. Je dois éviter qu’on se touche à nouveau et pourtant même mon cerveau s’y met en lui proposant de lui faire un massage. Seulement ma logique et ma conscience sont sur le droit chemin? De toute façon, voyant sa grimace à cause de son cou endolori, je ne peux pas ignorer ça. Pourquoi a-t-il fallu que j’aie le cœur sur la main? Pourquoi qu’on m’a créé que je ne pouvais fermer les yeux sous le désespoir des autres?

Malgré toutes mes tentatives pour éviter tout contact avec lui, le fait qu’il s’assoit et qu’il m’attire doucement vers lui pour que je sois en califourchon m’a fait perdre le peu d’effort que j’ai pu mettre. Ce fut bref, mais je suis de nouveau collée contre lui. Puis ses mains qui se glissent sous mon sweat pour être en contact avec ma peau ne m’aident surtout pas à rester sous contrôle. J’eus des frissons qui parcourent tout mon corps et je souhaite qu’il ne se rende pas compte. Pourtant, mon visage affiche un beau sourire même si mes pensées sont en détresse. Un sourire qui veut tout dire, un sourire qui perd peu à peu le contrôle pour ne pas succomber à l’envie. En m’approchant dangereusement et tranquillement de ses lippes, sa demande m’a ramené à l’ordre. Il veut que je lui masse les épaules sous cette position? Je rigole un peu à cette idée. Habituellement c’est le pouce qui fait tout le travail durant un massage pour dénouer les nœuds. C’est plus facile pour des bras de pousser que de tirer vers soi, ce n’est pas la même force, mais bon, ses désirs sont des ordres. «Ce sera pas le même résultat par contre, mais si tu le souhaites…» fis-je si mielleusement possible en répondant à ses avances. Je glisse doucement mes mains vers ses épaules, mais n’a-t-il pas dit qu’il a mal à ses cervicales? Alors, de nouveau une main se dirige vers ces dernières pour découvrir une zone plutôt étrangement chaude, une inflammation dû au placard? En déposant mes doigts, et délicatement, je suis mise à masser. «Tu me le dis si je te fais mal, d’accord?» dis-je toujours en faisant attention pour ne pas empirer la douleur. Faisant une pression, montant vers ses cheveux avant de redescendre un peu vers son dos, je continue de palper. Je n’ose pas réellement de regarder son visage, en fait, je me suis un peu penchée vers lui pour voir ce que je faisais. Je n’ai pas du tout remarqué que la proximité entre nous est minime. Disons qu’il ne reste presque pas de jeu avant que je sois collée contre lui. « C’est chaud, c’est pas à cause que tu t’es quasiment cassé le cou dans le placard, non?» Je lui ai dit cela pour détendre un peu l’atmosphère, mais en réalité c’est pour me changer les idées. Ma poitrine commence à se faire douloureuse à cause des battements puissants de mon cœur en sentant son odeur et en le touchant. Je perds peu à peu le contrôle. Doucement, je sens que je tombe dans son piège… Que dois-je faire?

Après un moment, j’eu le réflexe d’aller chercher son regard et c’est là que j’ai croisé ses yeux foncés ce qui m’a fait figer. Retiens-toi Jisu, ne succombe pas. Arrête de te mordre les lèvres et de t’approcher de son beau visage princier. Arrête de réduire la distance entre vos… Je dépose mes lèvres contre les siennes contre mes indications. Délectant chaque baiser qu’on s’est donné, mais celui-là, je ne pouvais y résister longtemps. Il n’a pas résisté non plus et maintenant c’est à mon tour. Je ne regrette rien pourtant. Enfin, pour l’instant je ne regrette rien oubliant même qu’on est dans les vestiaires des mecs, oubliant même que je suis en califourchon contre lui, en oubliant même que j’ai commencé à me déhancher sous les hormones en ébullition. En oubliant le temps passé à l’embrasser alors que j’aurais pu le masser. Oubliant quasiment l’enjeu qu’on s’est fixé à la base de ce semi-dating. Malheureusement, je reviens à la réalité en rompant le baisé de contre cœur. Déposant mon front contre le sien en tentant de retenir mes envies qui s’enflamment en moi. Il faut que je me contienne. «Luka, on… On était pas là pour un pari?» Ai-je dit avant de rigoler tout en frôlant ce que j’aime tant embrasser. « À moins que tu déclares forfait…» un murmure taquin qui sorti de moi à mon insu. Tout simplement pour le narguer, mais également pour lui dire que je me fiche du pari en ce moment tant qu’il continue de me faire ressentir la chimie qu’on a entre nous, ça me va amplement.


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



Mer 6 Fév - 1:42

(outfits) Prévenante et honnête, par-dessus le marché. Le sourire de Luka s’étira furtivement sur ses lippes lorsqu’elle lui annonça que le résultat ne serait pas celui escompté dans cette position. « T’en fais pas... Ça sera très bien. » lui assura t-il d’une voix douce. Bien sûr, il s’en doutait. Il le savait, même. Mais il s’en fichait… Dans le fond, il s’en fichait un peu de ce massage. Cela n’était rien de plus qu’un prétexte pour la tenir ainsi contre lui. Qu’elle l’effleure ou qu’elle le fasse sérieusement, dans bien des cas, il le prenait comme un bonus… Ce n’était sûrement pas après des jolies mains mais auprès d’un kinésithérapeute qu’il prendrait rendez-vous, si la douleur persistait dans les heures à venir… Pour le moment, il prendrait sur lui. Peut-être qu’à force de l’ignorer, la douleur disparaîtrait ? Et en attendant un miracle, les pressions effectuées par Jisu parvinrent momentanément à extirper son mal-être, alors qu’il refermait les yeux pour se relaxer au maximum. Il avait beau garder les paupières closes, ses mains semblèrent habitées par une volonté tout autre. Elle furent comme guidées par les impulsions et le rythme orchestré à l’encontre de ses épaules, puis de ses cervicales, pour les avoir énoncées un peu plus tôt.

Elle aurait vite fait de comprendre que quelque chose clochait par ici… La belle n’avait qu’à le toucher pour le constater. Lui-même sentait la différence de température, mais il ne dit rien ce sujet. C’était largement supportable et elle lui procurait assez de bien pour s’en satisfaire, alors il était plutôt inutile de revenir sur la cause, et le comment du pourquoi de cette « blessure ». Il se vit toutefois contraint d’y apporter un semblant de réponse, pour ne pas l’inquiéter. « Non, c’est…Je me suis fais ça, dans la matinée. » se reprit-il en ouvrant délicatement ses yeux, le regard de nouveau ancré dans le sien. Était-elle obligée d’être aussi belle ? Pourquoi fallait-il qu’elle soit aussi jolie ? Maintenant qu’il la regardait de plus près, elle était nettement moins maquillée que la veille. Elle n’avait pas non plus ce lipstick pour pigmenter sa propre peau en cas de dérapage ! Était-ce pour cette raison s’il avait tant apprécié ce baiser dans le placard ? Le goût et la texture du rouge à lèvre étaient tellement plus appréciables en leurs absences ! C’était certes joli, sur une bouche… mais à choisir, il préférait s’en passer pour mieux en profiter. A choisir, peut-être préférait-il Jisu bien plus au naturel, même si la femme rencontré la veille était celle qui avait fait battre son cœur. La Jisu d’aujourd’hui était tout aussi attirante et sublime, même en tenue décontractée.

Cependant, comme toujours… il ne lui avait fallu de tellement peu pour recouvrir ce besoin hâtif. Cette tension entre eux… Était-elle immuable ? N’y pouvaient-ils vraiment rien ? Peut-être qu’en prenant un peu de distance, les choses s’arrangeraient.. Mais pourquoi prendre des distances ? A cela, il fut bien incapable de ne pas quémander après un second baiser. Cette dernière lui en ayant déjà volé le précédent... Un sourire satisfait s'implanta sur sa gueule d’ange. Les mains autour de sa taille se resserrèrent pour y réduire le plus de millimètres possibles, ayant désormais passé ses bras autour de son corps pour la serrer toujours fortement contre lui. L’une de ses paumes était donc venue à la maintenir par la nuque, comme pour bloquer son visage contre le sien et y intensifier leurs baisers. Il n’avait pas envie que ça s’arrête. Il n’avait jamais envie que ça s’arrête… Et pourtant, lorsqu’elle stoppa cet échange pour déposer son front contre le sien, il ne fit aucune objection. Luka se contenta alors de rire silencieusement, son sourire s’étirant de plus belle sous ses propos. Il acquiesça, bien d’accord sur le fait qu’ils avaient toujours un pari à tenir… Et n’étant pas du genre à déclarer forfait, il se recula pour de bon, la gratifiant d’une mine amusée alors qu’il tirait tendrement sur sa joue pour l’embêter et l’inciter à se relever. « Dans tes rêves. » lui répondit-il de façon très espiègle, vite amené à lui attribuer une petite claque sur la cuisse pour la faire se bouger. A ne pas croire qu’il s’amusait actuellement de la situation… Mais juste un petit peu, pour ne pas avoir à penser à la seconde option qui aurait pu tout autant le satisfaire. Sauf que là, son honneur était en jeu. Sa lucidité, aussi. « Merci pour le massage. Je me sens déjà mieux. » Un semi-mensonge, en réalité. Il avait toujours un peu mal, mais elle n’avait pas besoin de le savoir. Elle en avait fait déjà bien assez.

Désormais rendu sur la pelouse du stade quasi désert, le jeune homme s’empara de deux ballons – un pour lui et un pour elle – qu’il déposa à ses pieds, prêt à débuter son enseignement… Même si en réalité, il n’avait encore jamais fait ça ! A des enfants peut-être, au cours d’une rencontre exclusive auprès de jeunes supporters… Mais des comme Jisu, c’était bien une première. Tel un dépucelage. Et cette pensée ramena un sourire idiot sur ses lippes, pas très malin d’avoir pensé une telle chose même s’il était bien le seul à pouvoir en rire. « Bon, on va commencer par le b.a.ba… Ce que tu dois avant tout assimiler, c’est ta conduite de balle… Autrement dit, ton contrôle du ballon lorsque tu cours... Fais comme moi. » Joignant le geste à la parole, le footballeur offrit une légère impulsion sur son ballon avant de lui courir après. Il alterna avec l’intérieur et l’extérieur de son pied pour lui montrer le bon geste et la bonne posture à prendre, veillant à se faire suffisamment lent pour qu’elle puisse bien l’observer. Il utilisa en dernier recours le dessus de son pied qu’il pointa vers le sol pour aussitôt surélever la balle et poursuivre un rapide - et dernier - déplacement avant de revenir vers elle, la balle désormais immobilisée sous son pied droit. « Il faut en fait que t’apprenne à doser ta force… Le mieux pour toi serait de conduire la balle, avec l’intérieur du pied. » Il s’agissait en toute logique de la technique la plus facile pour les débutants. Et lorsqu’elle aura parfaitement assimilée cette notion, ils pourront passer à l’étape suivante… Celles des passes, puis ensuite des tirs.

Dans le monde du sport, malheureusement, les étapes se faisaient obligatoirement de une à une...


Revenir en haut Aller en bas
Shin Jisu
good to me ft jisu Tumblr_inline_p8ld78D8Xl1sy58dp_540
À Jeju depuis le : 13/01/2019
Wons : 1359
Messages : 523
About me :

good to me ft jisu Tumblr10
good to me ft jisu Ng5hl910
♥️ PHONE♥️ ♥️INSTAGRAM♥️
good to me ft jisu 7U4QXNk
good to me ft jisu Ng5hl910
♥️ My work, my life ♥️
good to me ft jisu CVCXBtp
good to me ft jisu Ng5hl910
♥️ My male friends ♥️
♥️ Siwon aka One ♥️
good to me ft jisu Tumblr_olmo6g6iUB1ub8hyjo2_500
Jongsoo Aka Soo
good to me ft jisu -Your-smile-is-BABY-s-drug-yongguk-40504187-268-268

Pouvoir : -
Malédiction : -
Âge : 24 ans
Métier /études : Tatoueuse/strip teaseuse
Les amours : Un homme que j'ai jamais cru tomber amoureuse
Logement : Seogwipo avec son "ami".
Célébrité : Suzy Bae ( by myself )
Situation rp : ouvert.
Doublons : Woo Hope | Ye Sun | Seong Su
Shin Jisu
Keep calm and work hard« simin »
Keep calm and work hard
« simin »



Mer 6 Fév - 23:12

(outfits) ~ L’absence du contact des lèvres d’un homme ne m’a jamais été un besoin vital. Pour Luka, c’est une toute autre histoire. Ce simple contact qui en amène un autre tel un effet domino. Un doux baiser qui apporte un passionné et ensuite un langoureux, rendant le moment présent excitant même bouillant. Je remarque de plus en plus qu’on commence souvent à perdre le contrôle dès qu’on touche la bouche de l’autre. C’est si délicieux, pourquoi s’en passer? Pourtant, il a fallu que je me contienne pour ne pas aller plus loin… pourquoi l’ai-je fait? Si nos corps ne veulent que ça être collé l’un contre l’autre? Si notre peau veut être touchée en frissonner? Si nos mains veulent caresser sentant qu’on perd nos moyens? Si tout ce qu’on veut c’est d’être blotti et copuler? Pourquoi j’ai tout gâché? Je sentais bien ses mains glissées de plus en plus loin dans mon dos. Je sentais bien ses bras me serrer fort contre lui et sa main sur ma nuque pour intensifier nos échanges. Je sentais bien mon corps réagir à son contact et l’envier au point d’être stimulée. Un désir incessant qui grandit toujours autant pour sa tendresse. Je veux qu’il m’embrasse ma peau si douce, je veux qu’il me touche à me faire vibrer de nouveau. Je le veux lui, lui tout entier. Qu’il m’anime encore comme il l’a déjà fait la veille. De sa virilité, jusqu’à ses grandes mains, jusqu’à ses sourires qui me font de plus en plus craquer. Je le veux. Il me fait sentir vivante comme jamais auparavant. Je sens des sentiments que je n’aurais jamais senti à l’époque… Sauf que tout cela va se faire pousser comme une feuille qui vole sous l’effet du vent, n’est-ce pas? Une histoire qu’on oubliera assez vite, si on ne se revoit plus, la chimie entre nous va disparaître et on ne sera que des inconnus. Comment garder la flamme allumée sans l’étouffer?

Évidemment que je l’ai piqué au vif en lui demandant de déclarer forfait. Je voulais qu’il déclare forfait si jamais il a le désir de chair fraîche, mais je crois m’avoir buté à son honneur de footballeur. À son côté compétitif. Est-ce bien ou pas? Car son comportement – il y a quelques secondes à peine – était sensuel, mielleux, doux, mais il s’est transformé en espièglerie. Son ton de voix avant suave est devenu vif. Disons que sa petite claque qui me donne sur la cuisse à toute suite mis la puce à l’oreille comme quoi que le moment chaud qui grandissait rapidement ait aussitôt laisser place à la rivalité. Son regard brille une certaine lueur de défi. Est-ce un point que je pourrais taquiner si des occasions se présentent comme avec sa fameuse curiosité sans faille? Sa soif de prendre connaissance des paris me jette carrément sur les fesses. «J’ai donc touché une corde sensible?» rigolai-je en descendant sur mon fidèle destrier de contrecœur. Dommage, j’aurais bien voulu continuer nos câlins, mais décidément, ma bêtise a choisi autrement. Même s’il tente d’être persuasif concernant ses cervicales. J’ai des grands doutes que des petites pressions comme j’ai fait précédemment ai fait le moindre effet. Même s’il n’a pas l’air de souffrir le martyr, mes doutes commencent à être de plus en plus concrets. On n’efface pas une telle douleur, en plus avec l’inflammation que j’ai pu ressentir, à un claquement de doigts ridicules. Pourquoi ne m’a-t-il pas dit ce qui s’est passé le matin? Et pourquoi ai-je l’impression qu’il me cache quelque chose? Est-il du genre à mentir? Ce n’est pas comme si on se tourne autour depuis plusieurs semaines, on vient tout juste de se connaître. Il ne sait rien de ma vie, la preuve; il connait mes deux travails et c’est tout. Il ne sait pas mon nom de famille ni mon âge ni même où que j’habite. Rien de rien, niet, nada. Donc pourquoi je désapprouverai ses agissements alors que je suis autant plus mystérieuse que lui? Allô!?

Suite à ça, on se rend sur le terrain. Mes yeux grands ouverts, lorsque je mis pied sur la pelouse, envers ce vaste environnement. À la vue des sièges, c’était énorme, mais pas aussi gigantesque qu’à cette vue. On va me dire : tout est question de perception et d’angle. Et bien oui. Comment ils font pour courir comme des poules sans tête après un ballon? Comment ils font pour avoir autant d’endurance? Déjà, je suis essoufflée seulement à y penser. Distraite par mes contemplations, je le surprends avec deux ballons. Je suis surprise car j’aurais aimé avoir une démonstration plus tactile comme dans les clichés, mais décidément je ne suis pas la seule qui a eu un large sourire qui fend les lippes à cause d’une connerie. Il ne faut pas qu’il sache cela ça serait peut-être son genre de m’embarrasser et de le faire. Malgré que la tentation de lui dire est bien présente actuellement. Vous imaginez, Luka qui me prend par les hanches en se collant à moi. Me laissant me délecter de sa chaleur qui me parcoure mon échine. Ainsi, il suscite mes hormones en me guidant comment je dois taper le ballon. Pratiquant mon mouvement à plusieurs reprises en ayant les mains baladeuses qui me parcourent le corps pour tenter de me déconcentrer, je finis par botter se foutu ballon et m’abandonner à ses lèvres telle une personne en chaleur. Cliché, hein? Si on ne peut pas s’imaginer des trucs… Donc, il faut commencer par les bases. Le voyant m’expliquer, tout en me le montrant, j’ai eu la pensée que ce n’est pas si compliqué. Bon, le voyant faire comme il a toujours fait c’est tellement facile! Pour une débutante ça l’est autant ou pas? Il est le Yoda du football pendant que je suis le R2D2 de ce sport; oui aucunement talentueuse. Quelle comparaison absurde! Cependant, je mets du cœur à l’ouvrage, je suis ses directives tant bien que mal tentant de faire de mon mieux malgré mes pieds mal habiles du ballon. Je suis surtout douée avec les mains, mais pas des pieds! Ma confiance ne règne pas, je ne suis surtout pas dans ma zone de confort, mais il faut bien y sortir de temps en temps, non? Il doit l’avoir remarqué. «C’est lent, mais c’est bien comme ça? Tu peux rire de moi, ça me dérange pas!» dis-je en revenant après un petit moment en imitant sa posture. « Oh! C’est vrai, il faut que je vous vouvoie Coach dis-je en lui faisant un clin d’œil.

Ainsi, les enseignements des bases du football continuent. Ma maladresse qui m’a fait courir après le ballon en riant. Même si le découragement règne un peu dans mon cœur, je m’amuse comme une petite folle. J’espère qu’il n’est pas aussi désespéré et qu’il prend du plaisir également. Je le verrai bien se gifler de temps en temps son visage en signe de détresse me voyant rigoler comme si je n’étais pas sérieuse. Je le suis, mais c’est seulement une tactique pour le déstabiliser lors de l’affrontement. Quand c’est rendu le moment pour botter le ballon, la mâchoire me décroche tellement qu’il a un de ses coup de pieds. Le filet qui vole de partout pour tenter de retenir le projectile reçu. Je ne sais pas comment que le gardien fait pour intercepter ça… « Wooooah, c’est impressionnant…» que j’ai glissé inconsciemment. C’est impossible pour moi de faire un coup pareil. Sauf qu’il le fallait. Alors en l’imitant, prenant mon lancé pour botter et…. Pourquoi il roule devant sans voler dans les airs comme Luka? Je m’accroupis la honte qui m’envahit subitement. Je suis morte de rire comment je peux être nulle à ce jeu. «Oh my god… La pire élève que tu as eu jusqu’à présent, c’est confirmé!» ai-je dit en essuyant mes larmes entre deux rires.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sauter vers: